samedi 2 avril 2016

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta SEPETYS


Auteure: Ruta SEPETYS

Edition: Gallimard

Collection: Scripto

Pages: 432

Parution: Octobre 2011

Prix: 14,20

Résumé: Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans le désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient.
Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace
d'adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la  même
combativité qu'elle.

Avis: La vie de Lina Vilkas bascule lorsqu'un soir, des soldats du NKVD frappent violemment à sa porte. Lina, sa mère et son frère sont embarqués dans un horrible voyage vers un kolkhoze en Russie. Ils vont y vivre des choses absolument horribles!

Ce roman est unique et pourtant j'en ai lu des livres sur la Seconde Guerre Mondiale. Mais celui-ci a quelque chose en plus. En effet, il traite de la guerre dans des pays peu connus, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie qui ont subi les assauts de la Russie pendant de longues années. Découvrir cette autre vision de la guerre était très intéressant. Mais il faut avoir le coeur bien accroché, l'auteure nous épargne rien de la terrible vie des Vilkas. On se retrouve plongé avec eux dans ces horreurs sans nom: la peur, la saleté, les maladies, le manque d'espace, la violence et la mort. Ruta dresse un tableau de cette période  terrible avec force réalisme.

Les personnages sont la force de ce roman. Lina m'a tellement touchée par sa façon de penser, d'agir, de garder la tête haute. Elle est très mature pour son âge et très douée en dessin. Son don va d'ailleurs beaucoup lui servir pour exprimer sa colère, sa tristesse. C'est un pansement sur ses plaies. Je pense que je ne l'oublierai jamais.C'est pour moi une véritable héroïne! Elle est bien trop jeune pour vivre des choses aussi horribles. Et pourtant elle reste forte, s'accroche à la vie et prends d'énormes risques pour les siens.
Jonas n'a que 10 ans au moment de la déportation, ainsi tout au long du roman, on le voit forger son caractère et devenir un homme bien trop tôt malheureusement. C'est ce qui m'a beaucoup choquée dans ce roman, ce sont ces enfants privés d'une adolescence et qui resteront certainement traumatisés longtemps par ces années dans des camps.
Il y a aussi Andrius, 17 ans, qui vient de perdre son père. Son personnage m'a beaucoup impressionné. Il essaie de toujours garder le moral et de se dire que rien n'est perdu!
Enfin il y a Mme Vilkas, cette mère prête à tout afin que ses enfants survivent. C'est une femme qui essaie de ne jamais perdre la face afin d'être un pilier pour ses enfants.
Ces personnages représentent tous quelque chose. Le Chauve, la résignation et la défaite d'une nation oppressée. Le soldat Nikolaï l' espoir  dans l'humanité et l'histoire d'amour entre Lina et Andrius, la promesse d'une vie  meilleure et une motivation de rester en vie.

J'ai adoré ce roman, c'est un coup de cœur fois 100! Ruta Sepetys écrit magnifiquement bien. Chaque phrase est une explosion de sentiments: pleurs, joie, colère... C'est un roman qui vaut vraiment le détour, et même s'il est classé jeunesse, je pense qu'un adulte peut très bien le lire!
C'est donc un roman fabuleux, un véritable coup de poignard!

Le coin des citations: 

"J’avais l’impression d’osciller au gré d’un pendule : à peine venais-je de basculer dans un abîme de désespoir que le balancier repartait en sens inverse; il suffisait d’un rien ou presque – un petit bonheur, un simple geste."






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire